Quand la presse britannique veut faire justice

Aller en bas

Quand la presse britannique veut faire justice Empty Quand la presse britannique veut faire justice

Message par kellie le Dim 21 Nov - 8:01

Quand la presse britannique veut faire justice Player-nav-gch
Quand la presse britannique veut faire justice Venables_0

Quand la presse britannique veut faire justice Player-nav-drt



Quand la presse britannique veut faire justice Venables_0
Jon Venables sur le Telegraph.co.uk (capture d'écran)




En février 1993, James Bulger, alors âgé de deux ans, est retrouvé mort sur une voix de chemin de fer après avoir été enlevé et torturé par deux enfants de 10 ans. Cette tragédie qui a profondément marqué l’Angleterre avait aussi fait couler beaucoup d’encre. Les deux jeunes assassins, Jon Venables et Robert Thompson, ont été inculpés le 20 février 1993 après une longue bataille judiciaire et médiatique. Ils ont été incarcérés pour huit ans, sous couvert d’une nouvelle identité pour leur propre sécurité. En effet, le sentiment hostile à leur égard leur avait voulu, et c’est toujours le cas, de multiples menaces de mort en prison et à l’extérieur.
Malgré les protestations d’une partie de l’opinion outrée, ils ont été libérés en 2001 toujours sous leur nouvelle identité. Ils avaient finalement réussi à se faire oublier mais c’était sans compter la réincarcération récente en mars dernier de Jon Venables pour des raisons encore inconnues.
Naturellement, la presse britannique a sauté sur l’affaire et presque tous les quotidiens ont posé les mêmes questions. Qu’a-t-il fait ? Où est-il ? Et pourquoi le gouvernement ne révèle-t-il rien ?
La croisade de la presse pour dénicher des informations confidentielles
Afin de répondre à la pression de l’opinion publique, Jack Straw, le ministre de la justice outre-Manche, a annoncé que le gouvernement ainsi que le procureur et la police étaient d’accord pour conclure que toute révélation hâtive de détails sur l’affaire pourrait nuire à l’enquête et mettre en danger la vie de Venables, notamment si son nouveau nom et son lieu de détention étaient connus.
Les jours suivants ont vu les journaux se lancer dans une véritable croisade pour dénicher plus de d’éléments. Très rapidement, des bribes d’information ont été publiées partout dans la presse, qui chaque matin a révélé de nouveaux éléments. Ces informations, dont on ne connaît d’ailleurs pas les sources, confirment que Venables aurait été arrêté pour possession d’images de nature pédopornographique, trouvés sur son ordinateur personnel. D’autres titres de presse parlent de toxicomanie ou encore qu’il aurait divulgué à plusieurs reprises sa vraie identité, ce qui pourrait lui coûter la vie.
Un avertissement à la presse pour que les fuites cessent




[size=9]La famille de James Bulger a exigé il y a peu, que le gouvernement fournisse plus de détails, insistant sur le fait que faire autrement serait un insulte à la mémoire de leur fils. Une démarche fortement soutenue par l’opinion publique et la presse qui a intensifié ses enquêtes.

Mais Jack Straw n’a pas changé d’avis pour autant. Bien au contraire, il martèle que le gouvernement et les autorités en diront davantage lorsque le moment sera jugé opportun. Pas avant. Et en insistant sur ce point, beaucoup interprètent cela comme étant un avertissement à la presse, de la part du gouvernement, pour que les fuites cessent.
[/size]La politique des «tabloids» anglais remise en cause
[size=9]Parmi l’opinion, de plus en plus de personnes pensent que cette chasse à l’homme sauvage et hautement médiatisé montre, une fois de plus, la principale faiblesse de la presse anglaise. Cette dernière est considérée comme des plus qualitatives au monde mais ses fameux «tabloids» sont très souvent pointés du doigts pour leur côté «sensationnaliste» et racoleur. Au final, de plus en plus de monde, conservateurs ou libéraux, s’accordent à dire que la justice est plus importante que les intérêts des «tabloids».

J’estime que Venables doit avoir son procès et justice doit être faite. Et s’il s’avère qu’il a commis des délits, il ne risque pas de sortir de prison d’ici peu. Mais pour le moment, laissons agir la justice et ne compromettons l’identité de Venables, sinon tout procès ne saurait pas aboutir faute d’un jury neutre. Ne laissons pas la presse à sensation ou la rue régner là où la justice doit intervenir.
[/size]

kellie
Admin

Féminin
Nombre de messages : 1053
Age : 57
Localisation : Nice France
Date d'inscription : 01/12/2008

http://lescoulissesdubar.1fr1.net/forum.htm

Revenir en haut Aller en bas

Quand la presse britannique veut faire justice Empty Re: Quand la presse britannique veut faire justice

Message par kellie le Dim 21 Nov - 8:02

James Bulger, alors âgé de deux ans, est retrouvé mort sur une voix de chemin de fer après avoir été enlevé et torturé par deux enfants de 10 ans. Cette tragédie qui a profondément marqué l’Angleterre avait aussi fait couler beaucoup d’encre. Les deux jeunes assassins, Jon Venables et Robert Thompson, ont été inculpés le 20 février 1993 après une longue bataille judiciaire et médiatique. Ils ont été incarcérés pour huit ans, sous couvert d’une nouvelle identité pour leur propre sécurité. En effet, le sentiment hostile à leur égard leur avait voulu, et c’est toujours le cas, de multiples menaces de mort en prison et à l’extérieur.
Malgré les protestations d’une partie de l’opinion outrée, ils ont été libérés en 2001 toujours sous leur nouvelle identité. Ils avaient finalement réussi à se faire oublier mais c’était sans compter la réincarcération récente en mars dernier de Jon Venables pour des raisons encore inconnues.
Naturellement, la presse britannique a sauté sur l’affaire et presque tous les quotidiens ont posé les mêmes questions. Qu’a-t-il fait ? Où est-il ? Et pourquoi le gouvernement ne révèle-t-il rien ?
La croisade de la presse pour dénicher des informations confidentielles
Afin de répondre à la pression de l’opinion publique, Jack Straw, le ministre de la justice outre-Manche, a annoncé que le gouvernement ainsi que le procureur et la police étaient d’accord pour conclure que toute révélation hâtive de détails sur l’affaire pourrait nuire à l’enquête et mettre en danger la vie de Venables, notamment si son nouveau nom et son lieu de détention étaient connus.
Les jours suivants ont vu les journaux se lancer dans une véritable croisade pour dénicher plus de d’éléments. Très rapidement, des bribes d’information ont été publiées partout dans la presse, qui chaque matin a révélé de nouveaux éléments. Ces informations, dont on ne connaît d’ailleurs pas les sources, confirment que Venables aurait été arrêté pour possession d’images de nature pédopornographique, trouvés sur son ordinateur personnel. D’autres titres de presse parlent de toxicomanie ou encore qu’il aurait divulgué à plusieurs reprises sa vraie identité, ce qui pourrait lui coûter la vie.[/size][/b]Un avertissement à la presse pour que les fuites cessent




La famille de James Bulger a exigé il y a peu, que le gouvernement fournisse plus de détails, insistant sur le fait que faire autrement serait un insulte à la mémoire de leur fils. Une démarche fortement soutenue par l’opinion publique et la presse qui a intensifié ses enquêtes.

Mais Jack Straw n’a pas changé d’avis pour autant. Bien au contraire, il martèle que le gouvernement et les autorités en diront davantage lorsque le moment sera jugé opportun. Pas avant. Et en insistant sur ce point, beaucoup interprètent cela comme étant un avertissement à la presse, de la part du gouvernement, pour que les fuites cessent.
La politique des «tabloids» anglais remise en cause
[size=9]Parmi l’opinion, de plus en plus de personnes pensent que cette chasse à l’homme sauvage et hautement médiatisé montre, une fois de plus, la principale faiblesse de la presse anglaise. Cette dernière est considérée comme des plus qualitatives au monde mais ses fameux «tabloids» sont très souvent pointés du doigts pour leur côté «sensationnaliste» et racoleur. Au final, de plus en plus de monde, conservateurs ou libéraux, s’accordent à dire que la justice est plus importante que les intérêts des «tabloids».

J’estime que Venables doit avoir son procès et justice doit être faite. Et s’il s’avère qu’il a commis des délits, il ne risque pas de sortir de prison d’ici peu. Mais pour le moment, laissons agir la justice et ne compromettons l’identité de Venables, sinon tout procès ne saurait pas aboutir faute d’un jury neutre. Ne laissons pas la presse à sensation ou la rue régner là où la justice doit intervenir.
[/size



Quand la presse britannique veut faire justice Empty Quand la presse britannique veut faire justice Empty

kellie
Admin

Féminin
Nombre de messages : 1053
Age : 57
Localisation : Nice France
Date d'inscription : 01/12/2008

http://lescoulissesdubar.1fr1.net/forum.htm

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum