anipassion.com

Les grands chantiers de la fin du quinquennat

Aller en bas

Les grands chantiers de la fin du quinquennat Empty Les grands chantiers de la fin du quinquennat

Message par kellie le Sam 13 Nov - 6:22



Alors que le remaniement semble imminent, la feuille de route du futur gouvernement semble d'ores et déjà définie. Le camp présidentiel devrait notamment enterrer le bouclier fiscal et plancher sur les jurés populaires.
Après six longs mois de rumeurs et de tensions, l’heure du remaniement a sonné pour Nicolas Sarkozy. Dans l’attente des noms qui feront le nouveau gouvernement, voici les chantiers qui attendent les équipes du président.
Mettre plus de justice dans la fiscalité et favoriser l'emploi des jeunes feront partie des missions prioritaires de la fin du quinquennat de Nicolas Sarkozy.
L’emploi des jeunes - "S'il y a un sujet qui me paraît très important, c'est de développer tout ce qui permet aux jeunes de mieux s'insérer, et en particulier tout ce qui est formation en alternance", avait insisté, le conseiller social de l’Elysée, Raymond Soubie, en octobre dernier, alors qu’il était interrogé, sur Europe 1, sur les chantiers du prochain gouvernement. La question du chômage des jeunes (23,3 % pour les 15-24 ans, selon l'Insee) devrait ainsi constituer un des grands dossiers du futur gouvernement.
La réforme de la justice - En septembre dernier, le parti présidentiel a créé un groupe de travail chargé de réfléchir et de faire des propositions sur l'introduction de jurés populaires dans les tribunaux correctionnels. Cette réforme devrait intervenir dans cette dernière ligne droite du quinquennat de Nicolas Sarkozy.
La fiscalité - "Le bouclier fiscal" a été le boulet de la première partie du quinquennat. Nicolas Sarkozy ne pourra donc pas faire l’économie d’une réforme de la fiscalité du patrimoine, avant 2012. Elle devrait avoir lieu au printemps 2011. Sont planifiées les disparitions du "bouclier fiscal" et de l’ISF, l'impôt de solidarité sur la fortune. Le rapport demandé à la Cour des comptes sur une éventuelle convergence entre les fiscalités française et allemande, servira de base à ce débat, avait rappelé Raymond Soubie, lors de son passage à Europe 1. Le déficit de la France ayant atteint des sommets avec la crise, le gouvernement devrait également mettre sur le tapis la question d’une augmentation ou non des impôts.
La compétitivité - "Les grands chantiers, c'est la compétitivité de la France", avait également assené Raymond Soubie. Dans ce combat pour une meilleure compétitivité, le gouvernement devra toutefois respecter les principes de l’équité et "ce désir de justice, ce qui veut dire des contributions vécues comme plus justes et des redistributions vécues comme plus justes". Le capital devrait ainsi être plus ciblé que le travail.
Le dialogue social - Brisé depuis la réforme des retraites, le dialogue entre le gouvernement et les partenaires sociaux devra considérablement être amélioré durant la dernière partie du quinquennat. Pour l’heure, les relations entre le patronat er les syndicats sont également au plus mal.
La présidence du G20 - Selon de récents sondages, les Français ont le sentiment que l’image de la France à l’étranger s’est dégradée. Les présidences du G20 et du G8 en janvier, devront donc être l’occasion pour le président de la République de redorer l’image de la France.
Les cantonales et sénatoriales - Les 20 et 27 mars, les Français seront invités à élire ou réélire la moitié des conseillers généraux. Au total, ce sont donc 1.941 sièges de conseillers régionaux qui devront trouver preneur au sein de toutes les instances départementales de France, en métropole ou en Outre-mer. Avec comme enjeu principal : les élections sénatoriales de septembre 2011. Les conseillers généraux ont en effet autant de grands électeurs. Si la gauche reporte suffisamment de sièges, elle pourrait faire basculer le Sénat de son côté. Ce qui serait un première sous la Ve république.
La pause - En mars dernier, dans une interview au Figaro Magazine, le chef de l’Etat avait annoncé "une pause" dans les réformes "au second semestre 2011", à quelques mois donc de l’élection présidentielle. (source Europe 1)


kellie
Admin

Féminin
Nombre de messages : 1053
Age : 57
Localisation : Nice France
Date d'inscription : 01/12/2008

http://lescoulissesdubar.1fr1.net/forum.htm

Revenir en haut Aller en bas

Les grands chantiers de la fin du quinquennat Empty Re: Les grands chantiers de la fin du quinquennat

Message par cococloclo le Sam 13 Nov - 23:04

Ah oui, le gouvernement sortant en Belgique s'est aussi attaqué au revenus du capital. Mais les propriétaires ne paient toujours pas d'impôts sur les loyers, les gros revenus n'ont évidemment pas été taxé plus sévèrement bien sûr, et au nom de la compétitivité on a fait un tas de cadeaux aux entreprises qui font de gros bénéfices (ben oui, après la carrière politique ça prépare une place au sein d'une grosse société ou alors on réserve un poste dans le conseil d'administration pour le fiston).
Mais alors qui a-t-on taxé?? Ben l'épargne des petits bien sûr, en imaginant une taxe pour chaque genre de sicav, qu'elle soit bénéficiaire ou en perte. Et les gros qui savent se permettre des gros portefeuilles d'actions via des stock-options ou autres finesse de ce genre? Ben eux on va quand même pas les taxer; après tout quand l'entreprise fait des bénéfices c'est entièrement grâce à eux, et quand elle fait des pertes? ben c'est pas de leurs fautes, c'est de la faute à la mauvaise conjoncture et ça aurait probablement été encore pire s'ils n'avaient pas osé prendre des risques insensés (pour nos petits esprits bien sûr, car eux ils savaient ce qu'ils faisaient).

Enfin ils ont pensé à des compléments de formation pour les jeunes et les chômeurs. Là je me pose des question surtout que j'ai vu dernièrement un reportage ou des gens avec bac+5 étaient obligé de prendre des boulots sous-payés et sous-qualifiés du genre serveur dans un fast-food. Mais bon, comme ça le gouvernement peut dire qu'il a fait un maximum pour donné un boulot décent à tout le monde. Et si on pensait plutôt à diminuer drastiquement les heures de travail en gardant le même salaire ( ce qui est logique puisque grâce à la progression de la technologie les gens sont de plus en plus productifs ). Et en plus tout le monde serait gagnant puisque tous les sans-emplois qui auraient désormais un travail ne seraient plus à la charge de la société Voilà qui rendrait surement heureux un maximum de gens ayant un revenu décent et ne craignant plus de le perdre. Mais le bonheur des gens est-il vraiment le but de nos politiciens??
cococloclo
cococloclo
Admin

Masculin
Nombre de messages : 72
Age : 71
Localisation : Bruxelles (Belgique)
Date d'inscription : 01/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum