anipassion.com

Que faire pour un enfant maltraité ?

Aller en bas

Que faire pour un enfant maltraité ? Empty Que faire pour un enfant maltraité ?

Message par kellie le Dim 31 Oct - 7:50

Présentation

Où qu'il soit, l'enfant a besoin d'être protégé, aimé, guidé, mais avant tout il a besoin d'être reconnu et respecté comme une personne.

De plus en plus souvent, les enfants et les jeunes sont accueillis collectivement dans des structures chargées d'assurer les loisirs, les vacances, et les diverses activités quotidiennes, sportives, culturelles ou éducatives.

Animateurs, éducateurs, responsables d'encadrement d'enfants ou de jeunes, vous êtes sensibles à leurs besoins vitaux ; par votre formation, par votre pratique vous avez pu développer des savoirs-faire fondés sur l'observation et la réflexion.

Pourtant, lorsque vous pressentez qu'un enfant est maltraité, toutes vos certitudes disparaissent et le plus souvent, vous vous sentez démunis, ne sachant comment lui venir en aide.

C'est à votre intention, et pour mieux répondre à vos interrogations sur ce sujet que les directions des deux ministères concernés -Affaires Sociales et Jeunesse et Sports- ont uni leurs efforts et, avec le concours de responsables de formations, d'animateurs et d'encadrants ont réalisé ce guide.

Il comporte deux types d'informations liées à votre fonction :

des précisions quant à votre engagement dans la prise en charge des enfants et des jeunes,
vos obligations au regard de la loi quant à la prévention des mauvais traitements et la protection des enfants victimes.
Mieux comprendre, aider les enfants, c'est l'affaire de tout à chacun, à chaque moment.

Respecter les enfants et leurs droits, c'est s'engager à construire une société plus ouverte et plus harmonieuse.

Pierre GAUTHIER, Directeur de l'Action Sociale
Joël BALAVOINE, Directeur de la Jeunesse et de la Vie Associative

Retour

L'animateur est garant des règles de vie, de la sécurité, du bien-être des enfants





Animer des groupes d'enfants

Sachez vous situer

En tant que jeune adulte, vous avez choisi d'animer et d'encadrer des groupes d'enfants.

Vous engager votre responsabilité et de ce fait vous êtes en position d'autorité sur les enfants qui vous sont confiés.
Vous êtes garants des règles de la vie collective, de la sécurité et du bien-être des enfants.
La différence d'âge entre certains jeunes et vous-même peut, parfois , vous paraître minime. Vous n'êtes pas un copain.

Sachez garder la bonne distance.

Retour





Voir aussi:
Accueillir les jeunes enfants en centre de vacances



Comprendre l'enfant



Un centre de vacances et de loisirs constitue une communauté de vie réunissant une équipe d'adultes et des groupes d'enfants qui entraîne des relations et crée des liens.

Pour être conviviale et harmonieuse, la communauté implique le respect de certaines contraintes et la reconnaissance des droits des uns et des autres.

L'enfant est là pour se détendre, de faire plaisir et jouer avec les autres, à son rythme et selon ses repères.

Pour s'épanouir sereinement, il a besoin également que l'on soit attentif à ses habitudes personnelles, vestimentaires, alimentaires ou culturelles.

Comme tout un chacun, en fin de journée, les enfants sont fatigués. Ils ont besoin de récupérer leur énergie.

Sachez trouver un équilibre entre les moments d'activités, de détente ou de solitude.

Retour

L'autorité, c'est un acte de compréhension et de respect mutuel



Affirmer son autorité

Nous agissons de façon responsable et affirmons notre autorité :

en respectant nous-même les règles,
en posant des règles claires,
en donnant des consignes accessibles à tous,
en posant et rappelant les limites.
L'autorité, c'est un acte de compréhension et de respect mutuel entre les individus.

Tout est dans la manière : pour convaincre, soyez persuasif : faites appel à la raison et au bon sens.

Animer, c'est aussi : être attentif aux enfants, savoir les écouter, veiller sur eux, être présent pour chacun d'eux. Souvenez-vous de votre enfance…

Faire preuve d'autorité, ce n'est pas être autoritaire.

Retour

Posez des règles, donner des repères





Voir aussi:
Les règles de vie en centre de vacances

L'abus d'autorité

Une situation se construit :

posez des règles préalables,
donnez les repères,
déterminez les droits et les devoirs de chacun.
Un enfant comprend tout.

Sachez trouver les mots qui conviennent.
Avant de donner un ordre, soyez clair sur :

le message que vous voulez faire passer ;
la façon dont vous voulez le faire passer ;
ce que l'enfant peut comprendre et assimiler.
Ne mettez pas d'interdit sans explication.



Ne dites pas : " c'est interdit, il ne faut pas " parce que votre bon vouloir.
Mais plutôt, expliquer les raisons de l'interdit.

En cas de transgression, trouvez des sanctions adaptées.
Enfin, imaginer des activités qui détournent les enfants de ce qui est interdit.

Enoncer les règles de vie non négociables, c'est garantir la liberté de chacun.

Retour

La maltraitance peut prendre des formes diverses



Voir aussi:
Mehdi, l'enfant rejeté

La maltraitance

Maltraiter un enfant, ce n'est pas forcément agir avec brutalité, donner des coups.

C'est aussi :

le négliger, l'ignorer ou le singulariser parce qu'il est différent ;
lui faire subir des humiliations, utiliser un vocabulaire visant à le dévaloriser ;
lui imposer des rythmes inadaptés ;
le forcer à faire des activités contre son gré ;
prendre un enfant pour cible et le persécuter par des moqueries, des brimades ;
créer une ambiance de peur, voire de terreur ;
exercer une autorité exagérée en criant ou en menaçant de punition ;
instaurer un climat ambigu : tentes et douches mixtes, langages et comportement déplacés, attouchement d'ordre sexuel ou attentat à la pudeur.
Le responsable d'abus sexuel envers enfant est strictement puni par la loi : la peine est aggravée quand il a autorité sur l'enfant.



Respecter l'autre, c'est se respecter soit-même.

Retour

Sachez repérer, osez en parler



Les signaux d'alertes.

Rester vigilant, certains signes sont des clignotants : traces des coups, , griffures, morsures, brûlures, bleus, hématomes, fractures répétées…

Cependant, l'attitude pourra aussi vous alerter.

Il peut :

être agressif, agité ou inversement replié et silencieux ;
agresser les autres enfants physiquement et/ou verbalement ;
ne pas vouloir jouer avec les autres ;
refuser de se dévêtir surtout lors de la toilette ou des activités d'eau ;
avoir peur la nuit ou faire des cauchemars ;
manifester une crainte excessive de l'adulte ;
utiliser un vocabulaire inadapté à son âge, notamment à propos de la sexualité.
Vous avez un soupçon ou une intuition, faites-vous confiance. Parlez-en au directeur ou à une personne compétente autour de vous.

Sachez repérer, osez en parler.

Retour

Toute violence est intolérable



Vous êtes témoin…

Vous êtes témoin d'un mauvais traitement ou d'un abus sexuel envers un enfant :

de la part d'un adulte -responsable, animateur, accompagnant, personnel divers-,
des enfants entre-eux -du même âge ou de plus grands sur des plus petits-,
Vous avez repéré des traces de violences sur un enfant :

Vous devez réagir.

La violence entre enfants existe bien au-delà des jeux dit " brutaux ". Elle est inacceptable.

Toute violence est intolérable. Réagissez.

Retour





Aider l'enfant maltraité

L'enfant maltraité se tait souvent, par crainte, par honte ou pour protéger ses parents ou les personnes avec qui il a des liens affectifs. Il se rétracte.Vous n'en êtes pas responsable.

Que pouvez-vous faire pour lui ?

écoutez-le, laissez-le parler ;
s'il ne veut pas parler, respectez son silence ;
rassurez-le, aidez-le à retrouver confiance en lui, déculpabilisez-le. Il n'est pas responsable de la situation ;
avertissez-le que vous devez et que vous allez prévenir ou que vous avez prévenu les autorités compétentes.
La prise en charge de l'enfant est trop lourde pour vous.

Ne vous substituer pas aux personnes compétentes et responsables.

Retour

Ne restez pas seul avec un problème de maltraitance



Face à la maltraitance.

Une révélation de mauvais traitement envers un enfant est une situation douloureuse. Il est normal que vous vous sentez déstabilisé.

Vous risquez :

de vous sentir démuni, impuissant, paralysé, très seul ;
d'être inquiet, perturbé, choqué ;
ou même de revivre des souvenirs douloureux.
N'ayez pas honte de vos émotions.

Une règle absolue : ne restez pas seul avec ce problème.
Une obligation légale : signaler vos constatations.
Pour vous et pour l'enfant, en parler, c'est déjà agir.

Retour

Qui et comment avertir ?



Gérer la situation.

Comme tout citoyen, quand il y a violence à enfant, vous êtes dans l'obligation de signaler les faits.

Comment ?

de vive voix ou par téléphone.
Sachez qu'en confirmant par écrit vous vous protégez et vous donnez plus de valeur à votre action.
Auprès de qui ?

D'abord le directeur du centre ou le cas échéant du responsable de l'association.
Si la situation est grave ou s'aggrave, prévenez l'inspecteur de la Jeunesse et des Sports de votre département ou la gendarmerie locale.
La protection de l'enfance relève des services départementaux d'Action Sociale :Le plus souvent l'inspecteur départemental ou une assistante sociale de l'Aide Sociale à l'Enfance (ASE).

Le signalement effectué, c'est au autorité d'agir.


Prenez certaines précautions.

Ne céder pas à l'enfant " énervant " en le punissant ; le cas échéant, confiez-le à un autre animateur.
Souvenez-vous qu'un enfant difficile a souvent des problèmes personnels.

Ne vous isolez pas sans raison avec un enfant.
Si vous devez vous éloigner avec un enfant, signalez à un autre animateur ou à un responsable la raison, la durée de votre absence et le lieu où vous vous rendez.
Soumis à un devoir de réserve, vous ne devez pas ébruiter des évènements concernant un enfant.
Profiter des réunions entre animateurs pour prendre des avis, des conseils, des idées.

Identifiez et maîtrisez votre propre violence.


Les sanctions

En cas de détection de violence ou d'abus sexuel envers un enfant,

si vous négligez de le signaler, vous vous rendez indirectement complice d'un acte délictueux ;
si vous en êtes l'auteur, vous risquez des poursuites auprès des juridictions compétentes, la sanction étant aggravée dans la mesure où vous avez autorité sur l'enfant.
Même après les séjours, les parents des enfants ou tout autre personne peuvent porter plainte pour mauvais traitements envers les enfants.

Le juge qui instruit la plainte apprécie la situation et fait appliquer les sanctions prévues.

Pour les personnels des centres de vacances et des centres de loisirs , la commission de protection des mineurs du Ministère de la Jeunesse et des Sports peut décider d'un retrait temporaire ou définitif de l'autorisation d'exercer selon la gravité de la situation et de la sanction imposée par le juge.
Les cas d'abus sexuel avérés ou de violences graves entraînent des peines d'emprisonnement et de privation des droits civiques.
Retour



Le Comité Français d'Education à la Santé diffuse des plaquettes d'informations pour les enfants et les adultes.
CFES 2 Rue A. Comte 92170 VANVES



Quelques extraits de textes

Nouveau code pénal

Art.223-6 "Quiconque pouvant empêcher par son action immédiate sans risque pour lui ou pour les tiers, soit un crime, soit un délit contre l'intégrité corporelle de la personne, s'abstient volontairement de le faire, est puni de cinq ans d'emprisonnement et de 500 000 F d'amende. (…)"
Art.434-3 "Le fait, pour quiconque ayant eu connaissance de mauvais traitements (…) infligés à un mineur de quinze ans ou à une personne qui n'est pas en mesure de se protéger (…), de ne pas en informer les autorités judiciaires et administratives est puni de trois ans d'emprisonnement et de 300 000 F d'amende."


Décret N°60-94 du 29 janvier 1960, concernant la protection des mineurs à l'occasion des vacances scolaires, des congés professionnels et des loisirs

Art.8 (modifié par le décret N°75-1363 du 29/12/1975 art. 1 et 2).

" Le ministre chargé de la Jeunesse et des Sports peut par arrêté motivé et après avis de la commission de protection des mineurs , (…), les intéressés ayant été dûment invités à fournir leurs explications, prononcer à l'égard de toute personne responsable ayant gravement mis en péril la santé et la sécurité matérielle ou morale des mineurs, l'interdiction temporaire ou permanente de participer, à quelques titre que ce soit, à la direction et l'encadrement d'institutions ou d'organismes ou groupements de jeunesse (…)

" En cas d'urgence, le ministre (…) peut (…) suspendre de toutes fonctions de direction ou d'encadrement (…) toute personne dont le maintien en fonctions serait susceptible de porter une atteinte grave à la santé ou à la sécurité matérielle ou morale des mineurs."


kellie
Admin

Féminin
Nombre de messages : 1053
Age : 57
Localisation : Nice France
Date d'inscription : 01/12/2008

http://lescoulissesdubar.1fr1.net/forum.htm

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum