Le conducteur de RER sauve un enfant

Aller en bas

Le conducteur de RER sauve un enfant Empty Le conducteur de RER sauve un enfant

Message par kellie le Dim 21 Nov - 8:20



<H4 style="POSITION: relative; PADDING-BOTTOM: 0px; LINE-HEIGHT: 15px; MARGIN: 0px; PADDING-LEFT: 0px; PADDING-RIGHT: 0px; COLOR: rgb(51,51,51); FONT-SIZE: 13px; PADDING-TOP: 0px" class=chapo>Michel, un conducteur du RERC, a sauvé la vie d’un enfant autiste qui marchait sur les rails, entre Juvisy et Savigny, il y a une semaine.Un geste qui lui vaudra une récompense de la part de la SNCF.


</H4>

l est timide et discret, n’a pas envie d’être mis en avant. Pourtant, Michel, un conducteur du RER C, a sauvé la vie d’un enfant de 12 ans. Le 12 novembre, alors qu’il conduisait son train entre Juvisy et Savigny-sur-Orge, cet homme de 48 ans, qui habite Trappes (Yvelines), a aperçu un garçon marchant sur les voies. Il n’a pas hésité à stopper la circulation des trains pour le récupérer.




Pour le féliciter, la SNCF a décidé de lui octroyer une prime spéciale. « Ça n’est pas un exploit, élude modestement Michel, vingt ans de métier. Ça fait partie de mon travail. »
Ce vendredi-là, Lionel, un petit autiste scolarisé dans un établissement spécialisé, rentre chez lui comme chaque midi en taxi. Il vit avec sa maman et son frère dans la cité de l’Oly, à Vigneux. Comme d’habitude, son chauffeur klaxonne pour prévenir de son arrivée, mais ce jour-là la maman n’est pas rentrée des courses et le frère n’entend pas. Le chauffeur s’en va. L’enfant disparaît.



L’enfant finit par monter dans le train

Alertée par la mère, la commissaire de police de Draveil mobilise toutes ses troupes pour retrouver Lionel. Sept voitures de police, les hommes de la BAC, des renforts départementaux, les policiers de la brigade équestre, les pompiers de l’unité cynotechnique avec leurs chiens ratissent un large périmètre autour de Vigneux. Finalement, quelques heures plus tard, c’est à 7 km de là que le jeune handicapé est récupéré.
« J’ai vu une silhouette au milieu des voies dans mes phares », se souvient le cheminot. « Sans panique », Michel arrête son train, avec 150 passagers, d’urgence. « J’ai klaxonné. Je l’ai interpellé, mais il ne bougeait pas. J’ai trouvé ça bizarre! » Michel va alors émettre un signal radio pour arrêter le trafic. « Ici, les trains roulent parfois à 80 km/h. Même en freinant d’urgence, ils l’auraient écrasé », explique le conducteur. Stéphane Vallet, chef d’équipe à la SNCF est formel : « A cet endroit, l’enfant avait une durée de vie d’une minute. »
Lionel, avec son petit sac à dos, continue de s’éloigner. Le cheminot demande alors au poste de régulation de Juvisy l’autorisation d’approcher l’enfant avec son train. Et il descend vêtu de son gilet orange SNCF. « Ça l’a peut-être rassuré », glisse Michel, qui parvient à convaincre Lionel de monter dans la cabine. « Il avait le visage impassible, sans aucune émotion, ça m’a paru curieux. »
Dans la motrice, l’enfant, gêné par la radio, « cache ses oreilles avec ses mains ». Le train entre en gare. Michel, « content que ça se soit bien terminé », remet l’enfant à la police. Lionel revient de loin… Il fera désormais partie des statistiques de la SNCF concernant les « intrusions sur les voies ferrées ».

kellie
Admin

Féminin
Nombre de messages : 1053
Age : 57
Localisation : Nice France
Date d'inscription : 01/12/2008

http://lescoulissesdubar.1fr1.net/forum.htm

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum